Aller au contenu

TUC d'AUROS

LEGENDES

LE TUC D'AUROS:

Après quelques centaines de mètres après la sortie Nord du village, sur la route de GAREIN, le voyageur passe sur un petit pont enjambant un fossé.
Tout de suite après le pont, à gauche, un petit monticule se dessine, le plus souvent envahie par les herbes folles et les ronces.
Le voyageur curieux ou averti, découvrira sur ce tumulus, des pierres de tailles et autres gravas de construction.
LE TUC D'AUROS c'est le nom que lui donnent les gens d'ici et qui a une longue histoire que nous résumerons ci-dessous.

D
e nos jours, Anglais et Français sont Européens, amis, partenaires et alliés, ils cultivent cependant leurs différences, mais pacifiquement.
Il n'en fût pas toujours ainsi.
Durant de longues annèes, voire des siécles, Anglais et Français furent ennemis et s'affrontèrent sans merci, et notamment dans notre région que les Anglais semblait apprécier(sur le dernier point, cela n'a pas changé).
La GUERRE de CENT ANS en fût un exemple, et c'est de cette époque que date la LEGENDE du TUC d'AUROS.
Au milieu du 15 éme siècle, les Anglais sont, petit à petit, fermement invités à évacuer le sol de France, et c'est dans ce contexte que s'écrit cette "histoire".
En ces temps troublés, ce qui aujourd'hui n'est qu'un tumulus, était alors un solide donjon faisant partie du système de défense d'un beau château fortifié. Cette bâtisse était investi par les "Routiers" Anglais, qui en avait fait leur base arrière et y entre-posaient leur butin, issu de leur fructueuse randonnées en Armagnac et Languedoc.
Un véritable trésor y était empilé. Il avait la réputation d'être si riche, qu'on le surnommait " Le Château D'or ".
Mais voilà, toute bonne chose a une fin.
Une bande Française, conduite par  Etienne VIGNOLE dit "
La Hire"  arriva sur le secteur, précédant Charles VII et le Dauphin; ils boutaient l'ennemie hors de France.
Les Anglais refusèrent de capituler, il s'en suivit une terrible bataille, mais, Les Anglais, abandonnés par les Gascons, furent réduits à se rassembler et à se battre à partir du donjon, tour réputée imprenable.
Quand il virent qu'ils allaient être submergés par les assaillants, il se mirent à sonner la cloche de la chapelle du donjon. Ils sonnèrent encore et encore, sonnant si fort que la tour s'effondra sur ses occupants, dont on ne vit et ne retrouva jamais personne, pas plus que les richesses qui y étaient entre-posées, et croyez moi, ce n'est pas faute d'avoir cherché.., mais rien..
Cependant, il est rapporté, qu'au centre des éboulis du donjon, subsistait un trou "sans fin" par lequel les enfants du pays jetaient des cailloux.
De temps en temps, le visiteur attentif peut encore entendre, venant des profondeur, les Anglais emmurés, chanter des cantiques.
Et par temps d'épais brouillard ou de nuit noire, il arrive que le voyageur ou le pèlerin bien intentionné, passant sur le petit pont, entende le son cristallin de la cloche du donjon, appelant à la prière pour les emmurés.
Non loin de là, un hameau est nommé "La Chapelle", peut être une continuité de la légende ?.

Voila l'"histoire" du TUC d'AUROS.





Retourner au contenu