Aller au contenu

SAINT-JACQUES

LEGENDES

Fontaine de Saint JACQUES

La fontaine de Saint JACQUES, semble devoir ses origines au célèbre pèlerinage
des Chemins de Saint jacques de Compostelle. ( un des chemins passait par là )

Au temps jadis, du côté des jardin d'Eden, ou du Paradis, enfin quelque part par là, vivaient les Saints.
Saint Jacques en eut marre d'entendre les autres Saints lui reprocher la popularité de son pèlerinage et le nombre de pèlerins qui le suivent.
Popularité dû selon eux , au peu de difficultés à effectuer ce pèlerinage.
Il décida donc d'aller vérifier lui-même.

Il arriva donc un soir à Suzan, et quelle ne fût pas sa surprise, de trouver trois pauvres pèlerins dépouillés, tuméfiés et blessés, soignant leurs plaies à la Fontaine.
« Et que vous est-il donc advenu, mes amis » demanda le Saint.
« Hélas, mon ami, hélas, près d'ici vit un féroce seigneur qui nous a dépouillés, et en fait tout autant à tous les pèlerins », répondirent-ils.
« Voire ». Dit Saint Jacques et d'un pas décidé, partit vers le repère redouté, à la grande stupeur des malheureux.
Près du château existait une source fraîche et bouillonnante, en un magnifique bassin naturel.
Attiré par cette eau pure et limpide, il s'approcha.
« Pffft... », une flèche vient de le frôler. Il fit un bon en arrière et un sonore éclat de rire retentit, puis silence. Il essaya à nouveau de s'approcher.
« Ziiip... », une nouvelle flèche encore plus près.
Le brigand s'amusait avec deux de ses soudards.
Les libations avaient bénéficiés de la générosité forcé des pèlerins et les trognes brillaient enluminés.
« Holà, que me voulez-vous ? » demanda le Saint.
« Mon beau seigneur, vous avez pauvre dépouille et coquille de Messire
__Saint Jacques, mais l'huître aussi contient la perle dans une affreuse carapace,
__ et, près d'ici un oratoire  de notre grand patron menace de ruine.
__Donnez nous donc la ceinture de cuir et les beaux écus et louis qu'elle contient ».
« Allez ouste ! » et saisi brutalement par les soudards, le Saint fût dépouillé, et nu comme un ver, se retrouva à barboter dans la fontaine.
« Lave toi, misérable pécheur, lave toi des tous tes péchés.
__tu as sept sources, allez, allez lave toi, tu as une source pour chaque péché capital.
___Ha,ha,ha, les sept péchés capitaux !!  »
et un rire gras secouait les hommes d'armes..

Saint Jacques, tout trempé sortit de son bain.
Et les brigands de s'approcher de nouveau.
« Mais il va avoir froids le pauvre pèlerin, vite, réchauffons-le !! »
Et il s'en suivit un bon passage à tabac, le laissant ensanglanté, moulu et sans force, sur le chemin, avec à ses côtés quelques menus quolibets.

Que ces bandits fassent leurs métier de brigand, passe encore, mais en son nom.
Le Saint décida de sévir.
Il s'agenouilla, et adressa une petite prière à notre Seigneur.
Dans la nuit qui suivit, il y eut grande tempête. Le château disparut avec ses occupants dans un violant incendie.
La fontaine rentra dans le sol et alla ressurgir à la limite du territoire des bandits, loin de là. Elle garda ses sept sources bouillonnantes, se rejoignant dans un seul flot.

« Ce ne sera plus les sept péchés capitaux » pensa le saint, mais les «sept  sacrements », et mes pèlerins ne risqueront plus rien en cet endroit.

Il en fût ainsi, et on construit près de la source, une belle église au clocher trinitaire : Saint-Yagen était né.
Allez boire l'eau pure de la Fontaine et Saint Jacques ne vous oubliera pas.

Mais la légende ne s'arrête pas là !.

Les 7 sources distribuent donc leurs bien-faits à Saint-Yaguen, à proximité
de l'église qui a été bâtie en son honneur.
Elles alimentent un peu plus loin, le lavoir du village, situé sous les fenêtres du presbytère du bon curé de la paroisse.

Toutes les Femmes du village allaient y laver leurs linges.
Les lavandières gasconnes avaient la langue bien pendue et le verbe léger.
Rien ne leur échappait, et rien n'avait grâce à leurs yeux.
Par ailleurs, elles prirent l'habitude d'étendre leurs lingerie fine sous les fenêtre du presbytère, pour les faire sécher.
Dieu sait les histoires qui sont nées à cet endroit et ensuite colportées à plaisir.
On dit même que l'une des lavandières était un peu sorcières et avait appris à ses compagnes, une danse bien particulière : " le saut du saccule ", qu'elles dansaient avec beaucoup de plaisir, en rondes interminables.

On ne sait ce qui provoqua le courroux de Saint Jacques.
Les vipères à la langue pointue et aux jupons léger ou leurs lingeries exposées ?
Quoiqu'il en soit, un jour, lors de la fête de Saint Jacques, la source  disparut dans un grondement souterrain.
Les paroissiens affolés alertèrent le curé qui se précipita, en brandissant la Croix dans ses mains.
Ils coururent tous, en suivant le grondement sous-terrain qui ébranlait la terre en se dirigeant vers Suzan.
Notre bon curé réussit, quoique essoufflé, à dépasser le bruit sourd juste avant qu'il ne quitte la paroisse et planta sa Croix dans le sol.
Il se mit à genoux, priant notre Seigneur pour que la source ne quitte pas le territoire de la commune.
Il fût exaucés.
La Fontaine réapparut à cet endroit, avec ses 7 sources.
Endroit actuel ou coule les 7 sources dites " Fontaine de Saint Jacques ".

Il n'y eut plus d'assemblées de lavandières à la suite de ce changement, mais le
"Saut du Saccule" continua d'être dansé avec beaucoup de plaisir à
_Saint-Yaguen, Suzan, Beylongue, Rion et tous les environs.

Retourner au contenu