Aller au contenu

Le 18 Mars 1926

HISTOIRE d'YGOS > YGOS EN GREVE 1926

Article paru dans La France du  S.O le 18 mars 1926

LA GREVE DES METAYERS D'YGOS


___On sait que les propriétaires ont opposé au cahier de revendications présentées par les métayers des contres-propositions. Ces Contres-propositions qui s'inspirent dans une certaine mesure des revendications des métayers, ne satisfont pas  ces derniers et une nouvelle entrevue est nécessaire entre les délégués des deux parties pour la mise au point d'un accord définitif. D'après nos renseignements, le texte des contres propositions des propriétaires serait celui que nous reproduisons ci-dessous, article par article. Nous indiquons en même temps, l'acceptation ou le refus prononcé par les métayers. Nos lecteurs auront ainsi la physionomie du conflit  à la date du 17 mars.
___Article premier  -  Les propriétaires auront le tiers du seigle et du froment, le quart du restant des grains et le tiers de la paille. Le propriétaire paiera tous les impôts fonciers, le tiers des engrais pour le seigle, le quart des engrais pour le restant des grains. les métayers demandent qu'on remplace à cet article la fraction d'un tiers par la fraction un quart. Remarquons en passant que la récolte du grain est bien loin d'avoir ici l'importance qu'elle a en Chalosse et dans le Bas Adour.
____Art 2  - Redevances  - Les métayers au tiers et au quart s'engagent à donner un jambon coupé à la deuxième mamelle. (Les métayers demandent la suppression des mots : " au tiers, etc. " et demandent le remplacement de jambon par une somme de 50 francs quand ils élèvent deux porcs,  par une somme de 30 francs quand ils n'en élèvent qu'un seul.)
____Art 3  -  Autres redevances - Il a été établi deux catégories de métairies, calculées sur le rendement des trois années précédentes : 1. pour les métairies au-dessus de 40 hectolitres de seigle et froment, le métayer s'engage à donner deux paires de chapons, deux paires de poulets et trois douzaines d'œufs ; 2. pour les métairies  au dessous de 40 hectolitres une paire de chapon et une paire de poulets et deux douzaines d'œufs. (L'article 3 est accepté par les métayers.)
____Art 4  - Métairies à moitié -Les métayers à moitié auront la moitié des grains, ainsi que la paille.Les propriétaires paieront tous les impôts fonciers, la moitié des battages, la moitié de la nourriture pour le dépiquage. Ils fourniront la moitié de la semence et paieront la moitié des engrais.(L'article 4 est accepté par les métayers .)
____Art 5 - Redevances -Les métayers s'engagent à donner comme redevance 50 francs au lieu du jambon et deux paires de poulets. Le métayer à moitié paiera pour la fenaison et la rentrée des foins. Le propriétaire s'engage à donner les moyens de faire vivre au moins une vache.(l'article 5 est accepté par les métayers à moitié sauf en ce qui concerne la somme de 50 francs, qui ne serait payée que s'il y a deux porcs, une somme de 30 francs étant rue pour un porc.)
____Art 6 - Les journées des hommes non nourris par les propriétaires seront payées 15 francs, celles des femmes 10 francs.
Les métayers ayant un attelage auront trois journées gratuites par an pour les besoins du propriétaires ; le propriétaire ne réclame pas ces journées dans l'année, les métayers n'auront pas à leur payer d'indemnités. Le propriétaire pourra cependant réclamer ces journées jusqu'en avril, pour plantation des pins.
Les journées complémentaires des muletiers seront payées par le propriétaires, à raison de 30 francs l'une, pour les besoins de la propriété, et ne dehors de celles-ci, les journées seront payées comme aux muletiers employés par les transports de commerce, au cours du jour.(l'article 6 est accepté par les métayers )
____Art 7 --Les brebis en plus ou moins au départ du métayer ou en cas de vente par le propriétaire, seront payées au cours du jour par ce dernier, s'il y a surnombre, ou par le métayer s'il y a manquant ( sauf en cas d'épidémie reconnues par le vétérinaire.)
Le métayer donnera trois anneaux d'éclaircissage par an au propriétaire, si le troupeau ne dépasse pas 80 brebis, et quatre pour un troupeau dépassant 80.Il reste entendu qu'il ne pourra  vendre des brebis sans l'autorisation du propriétaire. Le métayer devra veiller à la reconstitution du troupeau et restera libre des anneaux d'éclaircissages. (L'article 7 est accepté par les métayers .)
____Article 8  -Résines  - La résine sera partagée par moitié avec un prélèvement de 6 francs par barrique par le propriétaire. Le gemmeur sera payé par le fabricant au prix réel touché par le propriétaire et les transports des résines seront faits gratuitement par l'attelage qui travaille la métairie. Si le propriétaire décide de faire porter la résine  ailleurs que dans la localité, ce sera l'objet d'une convention spéciale pour que le propriétaire paie le supplément. (L'article 8 est accepté par les métayers.)
____Article 9 - Les métayers au tiers et au quart pourront avoir le bétail à eux suivant leur besoins, sans qu'ils aient à payer de droit d'étable : en conséquence, les métayers jouiront de tous les fourrages. Verts compris. Les métayers au quart ou à moitié jouiront des bordures des barradeaux et de champs pour plantation de vignes ou d'arbres fruitières. (Les métayers acceptent l'article 9 étant entendu qu'ils seront  exclusivement au quart.)
____Article 10  - Vignerons-- Les vignerons seront considérés aux usages précédents sauf en ce qui concerne comme suit : le jambon et une paire de chapons.
(Les vignerons pourront avoir le bétail à eux suivants leurs besoins, sans qu'ils aient à payer de droits d'étable : ils jouiront des fourrages existants dans la propriété et du produit des arbres fruitières.
(Les vignerons acceptent l'article 10, mais ils verseraient 30 francs et garderaient le jambon.)
____Article 11 - Le bois de chauffage sera fourni par le propriétaire qui désignera les bois affectés à cet usage.
(Les métayers acceptent l'article 11.)
____Article 12 - Liberté d'enseignement-Les métayers et vignerons seront libre d'envoyer leurs enfants à l'école qu'il leur plaira sans que les propriétaires aient le droit de les renvoyer à cet effet.
Tous métayers ne pourra être renvoyé par son propriétaires du fait qu'il aura donné son adhésion au syndicat ou pour fait de grève. (L'article 12 est accepté par les métayers.)

                                                             
§§§§§§§§

____L'article premier constitue donc " le point névralgique " du cahier de revendications. Les métayers réclament les trois quarts de tous les grains, mais une chose leur tient à cœur par dessus tout, c'est l'obtention des trois-quarts du seigle et leur obstination à cet égard est autant d'ordre matériel que d'ordre sentimental. Nous avons même personnellement la quasi certitude que si une détente souhaitable vient à se produire, elle ne pourra se faire qu'autant les propriétaires consentiront à attribuer ces fameux " trois quarts du seigle " aux métayers. Et qui sait qu'il n'y aurait pas  dans l'adoption d'une pareille mesure les premiers éléments d'une transaction  capable de solutionner le conflit ? En tout cas, beaucoup de bons esprits des gens qui ne sont ni propriétaires, ni métayers trouvent rationnelle, en se plaçant dans le cadre d'une métairie d'Ygos, qui n'est nullement comparable à une métairie de la Chalosse , la demande des métayers. Le premier alinéa de l'article 12 étonnera beaucoup de nos lecteurs. Mais savent-ils qu'un métayer d'Ygos fut contraint sous peine d'expulsion, de retirer son enfant de l'école laïque pour le mettre à l'école libre ?
____Les métayers demandent d'insérer l'article 12 dans leurs revendications. Les propriétaires ont eu raison de l'admettre dans leurs contre-propositions. Mais il est pour le moins paradoxal que d'honnêtes travailleurs aient été obligé, après 50 ans de République de formuler une revendication précise sur ce point.
____Et maintenant, nous osons espérer que le conflit d'Ygos sera vite apaisé. Les propriétaires , ceux qui sont des hommes de cœur et pourquoi tous ne prouveraient-ils pas qu'ils sont des hommes de cœur ? Laissent sans doute fléchir leur intransigeance. Ils y seront incités, en se souvenant qu'il y a eu la guerre et que ce sont nos métayers qui garnirent nombreux les tranchées d'infanterie et les positons de 75.Ce sont eux surtout qui défendirent et sauvèrent la terre de France, cette terre qu'ils fécondent de leurs sueurs, cette terre qui n'est pas à eux, mais qu'ils aiment, cette terre landaise dont les produits grâce au travail des métayers, font l'étonnante richesse du pays et le bonheur des propriétaires.

                        
    Roger Dazur

REUNION DES PROPRIETAIRES

____On annonce une réunion des propriétaires d'Ygos pour vendredi, à Mont de Marsan, à l'hôtel de ville. Si l'intransigeance des propriétaires fléchit dans une large mesure, ce sera la fin d'un conflit qui énerve maintenant l'opinion publique et l'établissement d'un régime de paix sociale dans le pays. Beaucoup d'habitants de la région forestière ont les yeux sur Ygos et on nous dit que les propriétaires de Mézos, pour ne citer que cette commune qui est comparable à Ygos au point de vue sylvicole et cultural, accordent à leurs métayers les trois quarts de tout les grains, seigle, maïs et millet, ne reçoivent pour ainsi dire pas de redevances et partagent la gemme à moitié. Ce que font les propriétaires de Mézos, depuis longtemps, ceux d'Ygos peuvent le faire à leur tour. Ils doivent à tout le moins ouvrir généreusement la voie à une transaction sérieuse qui résoudra le conflit, et leur geste sera approuvé par la majorité ds autres propriétaires de la région forestière qui réclament la cessation de toute agitation dans le département.




Retourner au contenu