Aller au contenu

Le 16 Mars 1926

HISTOIRE d'YGOS > YGOS EN GREVE 1926

Article paru dans La France du  S.O le 16 mars 1926

LES METAYERS D'YGOS EN GREVE

  DE NOTRE ENVOYE SPECIAL Roger DAZUR

___Ygos(Landes),14 mars - A partir de 9 heures, le joli bourg d'Ygos, dont les maisons bien propres et coquettes semblent sourire au visiteur, ___présente une animation inaccoutumée.
C'est dimanche, les dernières écharpes de brume se dissolvent lentement, le soleil brille de son plus vif éclat dans le ciel, bientôt uniformément bleu. La totalité des métayers d'Ygos sont rassemblés aux abords de l'église. Ils sont rejoints par des centaines de métayers
_venus de tous les points de la région.
__A dix heures, la délégation du syndicat communal des métayers tient une réunion dans la mairie, en présence de M Maurice Lamarque, maire et conseiller d'arrondissement, MM _Léo Bouyssou, Pierre Deyris et Robert Lassalle, députés. La nouvelle  que les propriétaires, dans la réunion tenue la veille à Mont de Marsan, sous la présidence de M le_Préfet, ont constitué une délégation de six membres pour discuter avec les représentants_des métayers, est accueillie par tous avec satisfaction.
__Les métayers sont mis au courant par M Lamarque des contre-propositions faites par l'assemblée des propriétaires.
__La question du partage de la gemme est donc résolue et celle des redevances restent en discussions, sans doute cette dernière met encore en opposition sur plusieurs points
_____propriétaires et métayers, mais l'impression qui domine c'est que le véritable bataille se livre sur les stipulations de l'article 1er,touchant le partage des produits du sol : seigle, froment, maïs et autres grains.
__Si nous sommes bien informés, les propriétaires disent  dans leurs contre-propositions :
_____" Les propriétaires auront 1/3 du seigle et du froment, le ¼ du restants des grains et le 1/3
_de la paille. Le propriétaire paiera tous les impôts fonciers, le 1/3 des engrais pour le_seigle, le ¼ des engrais pour les restants des grains. "
__Les métayers, eux réclament trois parts sur quatre pour tous les grains indifféremment et ils réclament ces trois parts avec plus de force - si on peut dire- en ce qui concerne le seigle  et le froment.
__Le désaccord est donc formel pour l'instant et l'article 1er reste bien et bel le point culminant du conflit.
__Les métayers et c'est humain, soutiennent en effet cette thèse qu'ils veulent pouvoir faire leur pain avec le seigle et le froment qu'ils récoltent - avec le seigle dans la plupart des cas et ne pas être mis dans l'obligation d'acquérir à leur frais la quantité de grain et quoi qu'en disent certains , absolument rien de révolutionnaire dans cette revendication
_essentielle des travailleurs du sol, qui entendent respecter absolument la propriété d'autrui, et reconnaissent aux propriétaires, sans réticences, le droit de possession de la terre, de cette terre que l'immense majorité d'entre eux ont héroïquement défendue pendant le guerre pour la protection de laquelle beaucoup de leurs camarades se sont fait tuer ou mutiler et qui ne leur appartenait pas.
__Nous avons questionné plusieurs métayers. Certes ! Ils ne s'attendaient pas à voir l'unanimité des propriétaires souscrire d'emblée et intégralement à leurs revendications. Mais leur désappointement a été grand en apprenant que leurs adversaires d'un jour consentaient à appliquer le principe "  des trois parts sur quatre pour le métayer " à tous les grains, seigle et froment exceptés. En toute équité, ils auraient pensé et mieux aimé, que la résistance patronale s'exerçait sur l'application du principes des trois parts au maïs et autres grains, les trois quarts du seigle et du froment étant accordé aux métayers.
__Plus nous creusons le problème, en laissant de côté pour l'instant la question du partage de la gemme (elle ne se pose plus en réalité) et celles des redevances ( elle mérite d'être discutée à fond et mise au point par les deux parties) et plus nous arrivons à cette conclusion que la solution humaine et juste du conflit consisterait à accorder aux métayers les trois quarts de tous les grains et en tout état de cause, avant tout et sans la  moindre hésitation possible, les trois quarts du seigles et du froment. Et lorsque nous songeons que la gemme constitue , dans une proportion énorme, le plus clair des revenus d'une métairie d'Ygos ; quand nous pensons que la récolte des grains sur des terres
_toujours maigres est relativement minime et représente un simple complément de bénéfice à l'inverse de ce qui se passe en Chalosse ou dans le Bas Adour ; quand nous chiffrons la concession que feraient les propriétaires en donnant satisfactions aux métayers et que constatons qu'il s 'agirait de 200 francs dans certains cas de 300 , de 500, de 700 dans certains autres pour des revenus globaux variant entre 10,000 et plus de 20 000 francs encaissés par le propriétaire, nous nous demandons véritablement, en toute conscience, si les plus récalcitrants des possesseurs du sol, dont bon nombre d'entre eux disposent de plusieurs métairies, poursuivent uniquement la défense de leurs intérêts matériels et si leur résistance ne se résume pas surtout dans une simple question d'amour_propre...
__De tout notre cœur de bon landais, nous souhaitons que le conflit actuel s 'apaise.Il s'apaisera si les métayers continuent d'exercer leur droit de grève avec ce calme si émouvant et si impressionnant à la fois, il sera vite solutionné si les propriétaires et nous, savons que plusieurs d'entre eux y sont prêts à écoutent la voix de l'humanité et de_l'équité ! Sans doutes, des transactions sont possibles. Qu'on les recherche donc en toute_bonne foi et , sans porter aucunement atteinte au droit de la propriété, qu'on délimite un_peu plus équitablement que par le passé les droits du travail....Quelques centaines et même quelques milliers de francs ne sont rien auprès de la confiance mutuelle, de la quiétude des esprits et de la paix sociale dans une région riche et belle, qui ne peut que prospérer !

LE MEETING EN PLEIN AIR


___A onze heures, un meeting a lieu en plein air, sur la grande place. Prés de deux milles personnes sont rassemblées. Plus de mille métayers sont présents.
__Les camarades Grué préside et remercie le peuple d'avoir répondu à l'appel des grévistes d'Ygos.
__M Villa, conseiller municipal de Mont de Marsan, apporte aux métayers d'Ygos le salut des syndicats confédérés du chef-lieu des landes et développe avec le plus grand succès cette idée que le prolétariat des villes et le prolétariat des champs doivent rester fraternellement unis-
__M Désarmenien, adjoint au maire de Bayonne, parle en sa qualité de secrétaire général des syndicats confédérés de l'Adour et montre que le mouvement actuel , dépourvu de tout caractère spécifiquement politique, est le résultat de l'entente de travailleurs réunis sous
_la bannière syndicale, pour pouvoir réclamer avec plus de force une légère améliorations de leur situation morale et matérielle. Il faut l'éloge des métayers  landais et de leurs représentant à la chambre des députés, souligne avec franchise les louables efforts de _maire d'Ygos pour trouver un terrain de conciliation et chante avec émotion, en terminant, _cette C.G.T, tutélaire, qui ne vise as à autre chose que la protection des libertés ouvrières et le relèvement de la condition sociale de tous les travailleurs.
__M Rey, délégué de la C.G.T, fait un exposé sensationnel de la question qui divise propriétaire et métayers. Il soutient cette thèse que les revendications des métayers sont modestes et équitables et il lui apparaît comme impossible, en toute justice, qu'une entente n'intervienne pas. Rey défini éloquemment l'action et les buts de la CGT qui n'est nullement un organisme de désordre et de révolution, bien au contraire.
__La solution du conflit ne pourra être obtenue que si les deux parties adverses causeraient entre elles et il se félicite des efforts que M Le Préfet a fait pour arriver à la  nomination par les propriétaires d'une délégation, qui s'abouchera bientôt avec l'organisation syndicale.
__Rey rend hommage aux métayers qui restent sérieux et calmes, la justesse de leur cause
_____renfermant en elle mêle les gages du succès. Il montre que le syndicalisme a pour but de tirer l'individu de son isolement et de permettre une défense efficace des intérêts collectif de la classe prolétarienne. Mais il souhaite que les associations  patronales se forment en face des syndicats ouvriers, ce qui permettra en cas de conflit , de recourir utilement à l'arbitrage.
__Rey se plaît à noter la bonne volonté du Préfet des Landes dans la recherche d'un terrain ____d'entente, les efforts tentés dans le même sens par le maire d'Ygos qui est à la fois industriel, propriétaire et magistrat municipal, l'action bienfaisante des députés des Landes qui ont du courage civique et du sens démocratique et ont compris dès le premier jour, qu'ils ne pouvaient se désintéresser d'un conflit d'où dépend la paix sociale du Pays.
__Les revendications du métayers sont justes et corrects. Ces hommes sauront grâce à leur foi syndicale, rester opiniâtre et unis pour obtenir satisfactions.
___La parole claire et précise du délégué Cégétiste, sa sagesse et sa modération produisent une sensation profonde.
__Tour à tour, Villa , Désarmenien et Rey sont longuement applaudis par l'immense auditoire.
_____M Léo Bouyssou parle au nom de quatre députés des Landes, qui auraient commis une lâcheté en se tournant les pouces, tandis que l'honnête travailleur de la forêt et des champs entrait en conflit avec son propriétaire au sujet d'une répartition plus humaine et plus juste des produits du sol.
__En arrivant à Ygos, M Léo Bouyssou craignait sur la foi des racontars de se trouver en face_de réclamations exorbitantes de la part des métayers .Face à face avec sa conscience, l a parcouru le cahier des revendications. Prenant crânement ses responsabilités, avec cette franchise qui lui vaut l'affection du peuple et l'estime de tous les honnêtes gens. Léo Bouyssou déclare que les revendications des grévistes ne sont pas excessives dans un_pays où le labeur quotidien des métayers produit avec l'aide de la nature, une richesse que l'en chercherait vainement ailleurs.
_____" Balance juste, s'écrie en substance l'orateur, entre le capital et le travail, mais alors même que l'un des plateaux pencherait un tout petit peu en faveur de ceux qui peinent et qui triment, ayons assez de cœur et d 'esprit et d'équité pour ne pas_regretter de jeter tout le poids d'un égoïsme incompréhensible dans l'autre plateau. "
__Propriétaire lui même, Léo Bouyssou s'adresse à ses collègues les propriétaires et dans une allocution émouvante, les adjure de n'avoir d'autres préoccupations que celles de la paixsociale et de le prouver en souscrivant aux revendications des métayers.
___Ces derniers qui sont au fond de braves gens , veulent surtout pouvoir fabriquer leur pain avec le grain qu'ils font venir et ne demandent pas mieux que d'aller au plus vite gemmer l'arbre d'or qui gonfler de sève depuis quelques jours sous les caresses d'un gai soleil_printanier.
__Très éloquemment, le député des landes montre que la paix sociale vaut bien le sacrifice de quelques cinquantaines de franc et il termine après avoir défini avec précision le_syndicalisme dont ne doivent pas avoir peur les possédants, car il est en réalité, le_facteur d'ordre qui ne gêne, quoiqu'on en  dise, que les partisans de la révolution imbécile et violente et les égoïstes rapaces qui rêvent encore de la féodalité dans un siècle où le travail mérite d'être particulièrement honoré et récompensé.
__Une formidable ovation accueille la péroraison du discours de M Bouyssou.
__Après les déclarations de M. Bouyssou, il est permis d'espérer que la délégation des propriétaires et celle des métayers signeront un accord ou s'efforceront tout au moins sans arrière pensée, de trouver la formule transactionnelle réglant un conflit qui n'a que trop duré.



Retourner au contenu