Aller au contenu

L'AIgle et le Roitelet

UN PEU DE GASCON > ça se RACONTE
L'Aigle et le Roitelet
Une Histoire de "royauté", du plus petit des Roi jusqu'à l'Aigle Royal.
Le Roitelet pèse quelques grammes, l'Aigle Royal quelques milliers de grammes !
Ce conte aurait pû figurer dans un recueil de JEAN de LAFONTAINE. Je laisse donc à chaque lecteur le soin de l'interpréter, chacun y trouvant ce qu'il y cherche.
Toute fois, ce récit aurait été rapporté par F.ARNAUDIN, un LANDAIS qu'il n'est plus nécessaire de présenter, et  ferait parti du patrimoine  oral de la "HAUTE-LANDE", récits que l'on contait aux jeunes enfants, en famille, au coin du feu.
Vous trouverez ci-dessous, à gauche, le texte en "Gascon  du pays de Brassenx" et à côté , à droite, la traduction en Français.
Il est probable que les puristes trouveront des erreurs, des fautes d'ortographes, de syntaxe ou autres. Je m'en excuse, mais le gascon que j'essai de parler, je l'ai appris au contact de mes grand-parents et de mes parents, uniquement de façon orale et il y a déjà très longtemps.


                                                  GASCON
L'Aglo et lou petit rey ou reyot
Un caüques contrades, que l'aperen "crek", pramoun queus soun crit. Un ta le lane, couan lou "crek" cride, toutes leus aùrelhes de le lane que l'escouten, pramon, couan lou "crek" cante, queus peur dise qu'y a un danyé (gat,faouc, toure,..... iou besti ou iou caouse danyerouse)

Un journ, l'Aglo et lou reyot que pléyteyen amasses.
Praube petit rey, ce dit l'Aglo, qu'es lou meï chicot de tout l'aùtyami dou céu
Tu, toutes leus aoutes béstis qu'eut cacen et tu, praobot, pots pas boula mé haut que lou coubért dou courtin, you, que souy lou melhe  et lou mé hòrt.
Que poudi vola pertout on boui, en sus dou nuatyes s'eum plats et n'éi pas pou de digun.
-Òe-plan, Aglo, ce hardit lou reyot, que suilh bien chicôt, mais se vui que pouch boula mé haùt que tu.
-Tu, praube peloquet, ce dit aglo, en s'escargalhant.
-Doun, que vos ha dap jou au melhe boula haut ?
-Adare, gran aglo, que souï prést.
-Eh ben haut ! partim. I es lou reyot.
-Òe-bien, aglo, qu'i souï.
E lou petit Rey s'apita tout doucemen sou cap de l'Aglo, shens que l'aut ne s'apercebe d'areilh. Lavets, l'Aglo qu'aubrit sas granes ales é voula, voula, voula, toushtem dret a capsus. De téms un coan, que cridéu:
- On es Reyot ?
- Aglo, touch tem mé haut que tu ! qu'aű responéu
Et l'Aglo voula,voula é voula encouère, touch tem meï haut et tourna crida:
- On es Reyot ? et l'aut de dise:
- Aglo, touch tem méï haut que tu ! apitranglat qu'erre sou cap l'Aglo.
Et l'Aglo voula é voula touch tem mé haut. Mais l'Agla gaha lou bouhe-brac et poudait pa anna mé haut.
- On és Rayot ? ce cridét enqüére l'Aglo.
- Aglo, mé haut que tu ! ce dit laut.
- Eh bé , jou ne pouch pas voula mé haut, que suï heuslentat et que tourni drava, qu'es meï hort que jou, qu'as boulat mé haut Reyot.
Et l'Aglo tourna drava dou céu, tout hontous qu'erre de s'esta dishat bate peur lou méïl chicot deus aoutielhts.
FENIT.

                            FRANCAIS
L'Aigle et le petit roi ou roitelet
Dans certaines régions, on l'apelle "crek", à cause de son cri ou chant, dans la fôret, quand le roitelet cri, toutes les oreilles de la fôret l'écoutent car c'est pour signaler un danger (chat, faucon, buse,...une bête ou chose dangereuse), c'est en fôret ce que l'on dit aujourd'hui, être un lanceur d'alerte (comme le geai, corbeau et autres).

Un jour, l'Aigle et le roitelet discutaient ensemble.
Pauvre Roitelet, dit l'Aigle, tu es le plus petit de tous les oiseaux du ciel
Toi, toutes les autres bêtes te chassent et , mon pauvre, tu ne peux guère voler plus haut que le toit de la bergerie, moi, je suis le meilleur et le plus fort.
Je peux voler où bon me semble, au-dessus des nuages si cela me plait et je n'ai peur de personne.
Ben-oui, l'Aigle, s'en hardit le Roitelet, je suis bien petit, mais, si je veux, je peux voler plus haut que toi !
- Toi, pauvre paltoquet, s'écria l'aigle en éclatant d'un grand rire bruyant.
- Tu veux donc jouer à celui qui volera le plus haut avec moi ?
- Tout de suite l'Aigle, je suis prêt.
- Hé bien, d'accord, partons. Es-tu prêt Roitelet?
- Oui Aigle, je le suis.
Et le petit Roitelet s'envola et vint se poser tout doucement sur la tête de l'aigle, sans que l'autre ne s'aperçut et s'accrocha solidement dans les plumes.
Alors, l'Aigle déploya ses grandes ailes et commença à voler, voler, toujours droit vers le ciel. De temps en temps, il criait:
- Où es-tu Roitelet ?
- Aigle, toujours plus haut que toi répondait-il.
Et l'aigle continuait de voler, voler et voler toujours plus haut, puis, il criait de nouveau:
- Où es-tu Roitelet ?
- Aigle, plus haut que toi, disait le Roitelet, toujours perché sur la tête de l'Aigle.
Et l'Aigle continait de voler et voler et voler encore, toujours plus haut, mais, il commançat à avoir le souffle court et bruyant et ne povait aller plus haut.
- Où es-tu Roitelet ? cria-t-il encore une fois.
- Aigle, toujours au-dessus de toi répondait l'autre.
- Hé-bien, moi je ne peux pas m'élever plus haut, je suis essouflé, je redescends. Tu es plus fort que moi Roitelet, tu a volé plus haut que moi.
Et l'Aigle redescendit du haut du ciel, honteux de s'être laissé vaincre par le plus petit des oiseaux.
Fin du conte
compteur site
Retourner au contenu